Questions fréquentes sur les traitements des nouveau-nés

Il est normal que vous ayez beaucoup de questions sur les soins et le traitement à donner à votre tout-petit. Même si vous pourrez trouver des conseils généraux utiles dans les questions courantes qui suivent, vous devriez toujours communiquer avec votre médecin ou la clinique pour obtenir des conseils médicaux.

Cliquez sur la question qui vous intéresse:

Q: Mon enfant de deux ans aime beaucoup les fruits durs, comme les pommes. Ces fruits risquent-ils de lui faire saigner les gencives?

Si les gencives d'un enfant sont saines, comme c'est le cas chez la plupart des enfants, il n'y a généralement pas lieu de s'inquiéter de la dureté du fruit. S'il saigne en mangeant une pomme, une visite chez le dentiste s'impose..

Q: Mon enfant perce ses dents et essaie de tout mettre dans sa bouche. Il trouve toujours des clés et autres objets de métal à se mettre dans la bouche. Est-ce dangereux?

Essayez de placer les clés et autres objets de métal hors de sa portée, car il pourrait se couper les gencives avec ces objets. Il y a sur le marché plusieurs bons anneaux de dentition qui sont conçus spécialement pour les jeunes enfants perçant leurs dents et qui sont sans danger pour votre enfant. Conservez les anneaux de dentition au réfrigérateur, car un anneau froid semble soulager davantage les gencives.

Q: Puis-je brosser les dents de mon enfant? Il n'en a que quelques-unes, mais j'ai peur de lui faire saigner les gencives.

Il est habituellement recommandé de commencer à brosser les dents d'un enfant dès qu'il en a. Les tout-petits ont en général des gencives saines et le seul fait de les masser contribue à les garder saines. Il est donc bon de brosser les dents d'un enfant chaque jour.

Q: Que dois-je matelasser? Je sais que je dois matelasser les coins de table, mais je ne sais pas où m'arrêter. On m'a fait diverses suggestions et mes beaux-parents m'ont dit de tout matelasser.

Vous devez matelasser les coins aigus, comme vous le feriez même si votre enfant n'était pas hémophile. Un enfant hémophile, tout comme les autres enfants, a besoin d'explorer librement son milieu et d'apprendre à fixer ses propres limites, même quand il est tout petit. Essayez de ne pas le surprotéger. Il y a des mesures que vous pouvez prendre pour aider votre enfant à acquérir de la stabilité, comme le laisser courir pieds nus dans la maison ou lui mettre des chaussettes antidérapantes. Pour éviter que votre enfant trébuche, ses chaussures doivent être bien ajustées.

Q: Mon enfant de deux ans essaie de sortir de son lit à barreaux et grimpe sur tout. J'ai très peur qu'il tombe. Que puis-je faire?

Vous pouvez baisser le matelas de son lit pour qu'il ne puisse passer par-dessus le côté, mais si votre enfant est grand, le moment est peut-être venu de le faire coucher dans un lit ordinaire. Vous pouvez mettre des coussins sur le plancher autour du lit pendant les premiers temps, jusqu'à ce qu'il s'habitue à dormir dans son nouveau lit. Apprendre à dormir dans un lit est un aspect important du développement de votre fils.

Q: Les tibias de mon enfant sont toujours couverts de bleus. Ces bleus doivent-ils être traités ou guérissent-ils d'eux-mêmes?

En général, la plupart des enfants hémophiles ont des bleus, parfois sur les tibias et parfois sous les bras, par où ils se font soulever. Il serait impossible de traiter chaque bleu et il n'est habituellement pas recommandé de le faire. Il est toutefois recommandé de traiter les hémorragies dans les muscles et les articulations. Si vous n'êtes pas certain si votre enfant a besoin d'un traitement, appelez votre médecin, l'infirmière coordonnatrice ou un hématologue.

Q: Un diagnostic d'hémophilie légère a été posé chez mon enfant d'un an. Il fréquente la garderie. Que dois-je dire au personnel de la garderie?

Le sang d'un enfant atteint d'hémophilie légère contient une certaine quantité de facteur VIII, ce qui suffit en général à prévenir la plupart des hémorragies. Si votre enfant se blesse, il faut communiquer avec l'infirmière coordonnatrice et, au besoin, l'amener à l'hôpital pour le faire examiner. Le personnel de la garderie doit être renseigné sur l'hémophilie par l'infirmière coordonnatrice de la clinique de soins intégrés. Si cela n'est pas possible, il existe plusieurs livrets à l'intention du personnel des écoles et des garderies.

Q: Mon enfant vient de recevoir un vaccin par injection. L'infirmière a maintenu la pression pendant au moins cinq minutes et a utilisé une petite aiguille de calibre 27, conformément aux directives de l'infirmière spécialisée, mais la jambe de mon fils est devenue rouge et a enflé après l'injection. Comment savoir si c'est une hémorragie ou simplement une réaction au vaccin?

Généralement, si l'enflure et la rougeur sont causées par la vaccination, elles devraient disparaître avec le temps. Les comprimés de Tylenol sont souvent utiles dans ce cas. Toutefois, si votre fils présente une hémorragie musculaire par suite de la vaccination, il ne sera probablement pas capable de bouger la jambe. Dans ce cas, l'enflure et la rougeur auront tendance à s'aggraver plutôt qu'à s'améliorer. Si vous n'êtes toujours pas certaine ou certain après avoir tenté de déterminer l'amplitude des mouvements de l'articulation sans qu'il y ait douleur, vous devriez téléphoner à l'infirmière coordonnatrice.

Q: Mon bébé de 15 mois, qui est atteint d'hémophilie A modérée, vient de recevoir son troisième traitement au service des urgences en raison d'une hémorragie dans le coude. L'infirmière a dû le piquer quatre fois avant de trouver une veine. C'est très difficile de le voir pleurer et je ne peux pas le consoler par des explications. Je sens la frustration me gagner. L'hématologue m'a suggéré le traitement préventif, ce qui exigerait au moins une piqûre par semaine, mais je n'arrive pas à prendre une décision.

Chaque hémorragie dans une articulation est dommageable. Depuis plusieurs années, on a recours au traitement préventif chez la plupart des jeunes enfants atteints d'hémophilie grave et chez certains enfants atteints d'hémophilie modérée, selon la fréquence des hémorragies. Ainsi, tous nos jeunes patients ont des articulations normales. Il est difficile de voir votre enfant se faire piquer maintenant, mais vous devez savoir que sa réaction est généralement très brève et qu'elle est due à son âge. Une fois que votre enfant fera le lien entre le traitement et le soulagement, son comportement devrait s'améliorer et il se peut qu'il ne bouge plus pendant les piqûres. À ce moment, on pourrait vous apprendre à faire les perfusions et vous pourriez commencer vous-même à les faire à domicile. L'implantation d'une chambre à perfusion est une option possible dont vous pouvez parler avec l'équipe de soins intégrés.

Q: Mon enfant de deux ans a commencé à se cogner la tête sur le plancher chaque fois qu'il est contrarié. Je ne crois pas que je m'en inquiéterais s'il n'était pas hémophile, mais puisqu'il l'est, que dois-je faire?

Vous devez en effet vous inquiéter si votre enfant hémophile se cogne la tête sur le plancher et vous devez essayer, pour le protéger, de lui faire rapidement passer ce comportement. Vous pourriez essayer de lui changer les idées. Si cela ne marche pas, vous pouvez essayer de le prendre dans vos bras et de le serrer calmement pour le protéger jusqu'à ce que son accès de colère passe.

Q: Un diagnostic d'hémophilie A grave vient d'être posé chez mon bébé de 15 mois par suite d'une hémorragie dans la hanche. L'infirmière coordonnatrice m'a beaucoup aidée et m'a dit de téléphoner au centre de soins intégrés ou à l'hématologue si je crois que mon fils fait une hémorragie. Je crois savoir quoi faire maintenant, mais je me sens si seule. Je n'avais jamais entendu parler de l'hémophilie et je ne peux me tourner vers les membres de ma famille pour obtenir de l'appui, car ils comprennent mal ce que je ressens. Où puis-je trouver de l'aide?

Un diagnostic d'hémophilie A grave vient d'être posé chez mon bébé de 15 mois par suite d'une hémorragie dans la hanche. L'infirmière coordonnatrice m'a beaucoup aidée et m'a dit de téléphoner au centre de soins intégrés ou à l'hématologue si je crois que mon fils fait une hémorragie. Je crois savoir quoi faire maintenant, mais je me sens si seule. Je n'avais jamais entendu parler de l'hémophilie et je ne peux me tourner vers les membres de ma famille pour obtenir de l'appui, car ils comprennent mal ce que je ressens. Où puis-je trouver de l'aide?